Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
Vous pouvez filtrer les noms selon leur date de décès.
Tous
1914
1915
1916
1917
1918
Après la guerre

Monceu Isidore

1916
silhouette2 Classe 1903 Soldat
Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
poilu Monceu Isidore né le 09 11 1883 à Clara-Villerach mort le 15 08 1916 à Vaux-Chapitre (55400) Inscrit sur le monument aux morts de
Los_Masos
Classe 1903 Soldat

Isidore André Martin MONCEU est né le 9 novembre 1883 à Clara. il est le deuxième fils de Martin Monceu et de Rose Parent, bergers dans la commune. En 1906 il habite LOS MASOS avec son père, son frère aîné Martin et sa soeur cadette Marie. Il est cultivateur.

En 1903, il se présente devant le conseil de révision. De constitution fragile, il sera ajourné deux années consécutives pour finalement être classé dans les services auxiliaires. En 1910, il habite Paris. C’est là que la guerre le rattrape.

Absent lors de la mobilisation, il ne rejoindra son régiment qu’en mai 1915. Il est alors affecté au 142e R.I. de Mende. Puis, sans doute à l’issue d’une période d’instruction, il est transféré fin août 1915 au 143e R.I. de Carcassonne. Le régiment se prépare à la grande offensive de septembre face au mont Têtu, qu’il enlèvera avec brio le 26. Mais la progression est ensuite stoppée par l’ennemi. Puis, après un repos bien mérité, le régiment ira prendre le secteur, plus tranquille, de Soissons.

Le 12 août, le régiment est lancé dans l’enfer de Verdun, à l’un des endroits les plus dangereux alors : le bois de Vaux-Chapitre. La montée vers la crête de la Haie Renard se fait de nuit.

La position est très exposée. L’ennemi contrôle les hauteurs et peut prendre en enfilade les positions du régiment. Les liaisons ne peuvent se faire que de nuit. L’ennemi, pressentant la menace, soumet le secteur à de violents bombardements qui gagnent en intensité à partir du 14. Le 15 les premières lignes sont pilonnées par des obus de tous calibres et les pertes sont sérieuses (environ une centaine d’hommes). Parmi celles-ci, le soldat MONCEU . Il sera décoré à titre posthume de la médaille militaire et de la croix de guerre avec étoile de bronze.