Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
Vous pouvez filtrer les noms selon leur date de décès.
Tous
1914
1915
1916
1917
1918
Après la guerre

Mir Pierre

1916
silhouette2 Classe 1902 Soldat
Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
poilu Mir Pierre né le 25 08 1882 à Estoher mort le 25 05 1916 à Vaux (55400) Inscrit sur le monument aux morts de
Estoher
Classe 1902 Soldat

Pierre François MIR est né le 25 août 1882 à ESTOHER. Il est le fils unique de Joseph Mir et de Marie Pavie, cultivateurs dans la commune.

En 1902, il part faire son service militaire au 12e R.I. alors caserné à Perpignan. Son service est réduit à une année, étant classé soutien de famille, son père étant veuf. Il retourne à Estoher dans la maison paternelle, travaille avec son père et va se marier au village. En 1908 et 1912, il va faire ses deux périodes d’exercices réglementaires au 53e R.I.

Mobilisé dès le début de la guerre, il rejoint le 53e R.I. et participe avec lui aux combats éprouvants de Lorraine (août-septembre 1914) puis ce sont les batailles de l’Yser et d’Ypres en Belgique.

En février 1915, le régiment est positionné en Champagne et il participera aux combats de Beauséjour, de Moronvilliers et de la main de Massiges.

Début mai1916, le régiment est retiré de ce front et après un court repos est envoyé dans l’enfer de Verdun pour relever les régiments exsangues. Le 19, il est chargé de la défense du fort de Vaux, un bataillon en première ligne, un second en réserve au tunnel de Tavannes et le dernier au bivouac à Belrupt.

Devant le fort, le terrain est haché, bouleversé par le pilonnage extrêmement violent et incessant. IL n’y a plus aucune installation, les hommes se terrent dans des trous d’obus, les pertes sont sévères, les attaques meurtrières. Le bruit est infernal, les obus de tous calibres tombent sans arrêt. Le 22, le 1er bataillon monte en ligne pour remplacer le troisième. Il va y rester 5 jours.

Le bombardement du fort augmente d’intensité, prélude à l’at-taque. C’est au cours de ces journées que le soldat MIR est tué, devant le fort de Vaux.