Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
Vous pouvez filtrer les noms selon leur date de décès.
Tous
1914
1915
1916
1917
1918
Après la guerre

Arrous Jacques

1916
silhouette2 Classe 1909 Sergent

Rolland Joseph

1915
silhouette2 Classe 1899 Soldat
Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
poilu Arrous Jacques né le 30 09 1889 à Mosset mort le 08 02 1916 à Neuville-Saint-Vaast (62580) Inscrit sur le monument aux morts de
Mosset
Classe 1909 Sergent

Jacques Adolphe Nicolas ARROUS est né le 30 septembre 1889 à MOSSET. Il est le fils aîné d’Adolphe Arrous et de Catherine Mestre, menuisier et limonadier à MOSSET.

En 1906, il vit avec ses parents et ses 3 frères dans la demeure familiale et est menuisier avec son père.

En 1908, il s’engage au 54e R.I. en garnison à Compiègne. Il sera promu Caporal juste avant ses 19 ans, puis sergent en avril 1909. Sa carrière militaire s’arrêtera un an plus tard, en 1910, date à laquelle il est réformé par la commission spéciale de réforme de Perpignan pour «osterite de la crête iliaque droite avec abcès froid des régions lombaires et inguinales» (inflammation des os, sans doute d’origine tuberculeuse). Est-il alors à l’hôpital militaire de Perpignan ?

Avec la déclaration de guerre et les terribles pertes des premiers mois de combat, le sergent ARROUS est déclaré bon pour le service armé par le conseil de révision en décembre 1914. Il est alors affecté au 141e R.I qu’il rejoint en février 1915 dans le secteur de Minaucourt-Vauquois (Meuse). En septembre 1915, le sergent ARROUS passa au 226e R.I. alors engagé en d’Artois.

Le 8 février, le 226e est en première ligne lorsque l’ennemi déclenche à 12h un violent bombardement, détruisant les tranchées et les unités. A 15h30, l’explosion d’une mine à la gauche du régiment est le signal de l’attaque. La 21e Cie, détruite à 75%, ne peut opposer la moindre résistance, le reste du régiment se sacrifie pour bloquer l’avancée ennemie. A 18h, la situation est rétablie sur la tranchée de 2e ligne, la reconquête du terrain perdu commence. A 4h du matin, la tranchée de soutien est reprise et le lendemain le 269e qui relève le 226e reprend la tran-chée de première ligne. Le 226e R.I. a perdu, ce 8 février, un tiers de ses effectifs dont le sergent Jacques ARROUS.

poilu Rolland Joseph né le 14 02 1879 à Mosset mort le 15 03 1915 à Souain (51600) Inscrit sur le monument aux morts de
Catllar
Classe 1899 Soldat

Joseph Augustin Jean ROLLAND est né le 14 février 1879 à Mosset. Il est le 4e enfant et premier fils de Jacques Rolland et d’Espérance Montrepeaux, cultivateurs.

En 1900, il part faire son service militaire au 12e R.I. de Perpignan mais est rapidement dispensé («fils unique de septuagénaire»). De retour à la vie civile, il va se marier le 22 avril 1902 à Mosset avec Catherine Marie Rose Bousquet. Il remplit régulièrement ses obligations militaires en accomplissant ses périodes d’exercices au 12e puis 53e R.I de Perpignan.

En 1906, il vit dans la maison paternelle, avec sa femme et ses deux filles (Justine, 3 ans et Espérance, 1 an). En 1909 il vient habiter CATLLAR. C’est là que la guerre le prend à 35 ans.

Il est mobilisé en août 1914 avec le 53e et participe aux durs combats de Lorraine. Le 3 octobre 1914 il est versé au 143e R.I de Carcassonne, durement éprouvé par les combats. Il va alors se battre sur l’Yser, dans les Flandres puis en Champagne.

Le 7 mars 1915, la 64e Brigade dont fait partie le 143e doit reprendre le Bois Sabot aux Allemands. Le terrain est dépouillé d’arbres, les tranchées en partie détruites. L’artillerie allemande pilonne le front français. Pourtant, du terrain est gagné petit à petit. Le 15 mars 1915, à 4h30, une attaque surprise française permet aux soldats d’entrer dans la tranchée ennemie. C’est le combat au corps à corps, à la baïonnette et au fusil dans les boyaux. La Garde Prussienne résiste. A 16h30, les 3e et 5e compagnies attaquent avec une « ardeur admirable ». A 17h15, la tranchée allemande est capturée. Elle constituera une position importante pour de futures offensives.

En une semaine, le 143e R.I. a perdu environ 500h, dont le soldat ROLLAND.