Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
Vous pouvez filtrer les noms selon leur date de décès.
Tous
1914
1915
1916
1917
1918
Après la guerre

Deixonne Jules

1916
silhouette2 Classe 1915 Soldat
Liste des soldats et officiers inscrits sur le monument aux morts de la commune
poilu Deixonne Jules né le 13 02 1895 à Villefranche-de-Conflent mort le 27 10 1916 à Douaumont (55100) Inscrit sur le monument aux morts de
Villefranche-de-Conflent
Classe 1915 Soldat

Jules Gilles Jean DEIXONNE est né le 13 février 1895 à VILLEFRANCHE-DE-CONFLENT. Il est le fils de Jean Gilles Deixonne et Marie Sola. En 1915, il est garçon de Café.

Incorporé à la fin de l’année 1914, il est affecté à la 17e section d’infirmiers militaires. En octobre 1915, il demande à passer dans un régiment d’active et arrive au 321e R.I. alors positionné dans le secteur de Soisson. Au printemps 16, le régiment est dans l’Aisne.

Mai 1916, le régiment est lancé dans l’enfer de Verdun. Début juin, il relève les survivants du 53e R.I. devant le fort de Vaux. Il va essayer de dégager la garnison encerclée, en vain. Après un bref repos, le régiment est au bois fumin. Le soldat DEIXONNE survit à l’enfer, aux bombardements continuels, aux attaques à la grenade. Fin juin, le régiment quitte Verdun pour les Vosges, où il va rester 2 mois.

Septembre 1916, le 321e est de retour à Verdun. Cette fois-ci, ce sont les Français qui ont l’initiative. La grande affaire aura lieu à la fin d’octobre. Le général Nivelle a prévu de frapper un grand coup : reprendre le fort de Douaumont. Le régiment fait partie de la 133e DI qui doit s’emparer de Fleury.

Le 24 octobre, le régiment est sur ses bases de départ. À 11h40, l’attaque générale est lancée. Les hommes sortent des tranchées et progressent rapidement. À 13h, le premier objectif est atteint. L’attaque se poursuit. Tout va très vite. Des éléments de la 23e compagnie parviennent même dans le fort de Douaumont. Il faut consolider les lignes, ravitailler les unités. Le 26, les Allemands règlent leur tir de barrage et occasionnent des pertes sérieuses. Le lendemain, le bombardement se fait encore plus violent. C’est ce jour, le 27 octobre que le soldat DEIXONNE est tué devant Douaumont. Il sera cité à l’ordre de la division et décoré de la croix de guerre avec étoile d’argent.